MENU

Psychothérapie du surdoué - Vincennes

L’ENFANT PRECOCE

Les questionnements des parents ou des enseignants concernant des comportements ou difficultés scolaires conduisent bien souvent à la passation d’un test de Q.I.

Différents termes sont utilisés : précocité, douance, haut potentiel.

Si la reconnaissance de la douance est importante, elle n’est pas suffisante. L’accompagnement psychologique de l’enfant précoce vise l’acceptation de la différence. Il observe très tôt que sa logique n’est pas celle de tous ses camarades de classe. Il est donc essentiel qu’il puisse exprimer ses ressentis, identifier ses facilités et ses difficultés éventuelles.

La prise en charge psychologique va permettre d’éviter que la douance se transforme en souffrance. Le but est également de soutenir les parents dans une démarche initiée par eux et les aider et comprendre leur enfant.

Faire un point est nécessaire car il existe beaucoup de clichés autour de cette question.

L’ADOLESCENT SURDOUE

L’adolescence, avec ses remaniements psychiques et changements physiques, peut être le moment où va se révéler - ou s’accentuer - le sentiment de décalage entre l’adolescent « surdoué » et ses pairs. Différences de pôles d’intérêt par exemple.

Eventuellement , il peut être confronté à l’échec scolaire, aux difficultés de choisir une orientation. Il est possible qu’il formule à ce moment là le souhait de consulter. Le soutien est important à l’ adolescence dont l’enjeu est l’identité.

La consultation de l’adolescent permet aussi de d’établir un diagnostic si cela n’a pas été fait plus tôt.

L’ADULTE SURDOUE

Nous nous trouvons en présence de plusieurs cas de figure.

  • l’adulte qui a été testé enfant mais qui n’a pas bénéficié d’un accompagnement psychologique
  • L’adulte qui a été diagnostiqué tardivement
  • L’adulte en souffrance qui n’a pas mis un mot sur l’origine de ses difficultés
Ce dernier vient en consultation en évoquant des problématiques particulières. Il est donc nécessaire que le praticien soit sensibilisé à un mode de fonctionnement, un faisceau de traits de personnalité. Cette connaissance va lui permettre de faire un diagnostic à confirmer par la passation d’un test si le patient le souhaite.

Sur la durée, l’adulte surdoué a pu être confronté à des difficultés relationnelles, et ressent souvent un sentiment d’incompréhension.

L’entourage s’ exprime souvent ainsi : « tu es trop gentil » « tu es trop sensible » « tu réfléchis trop »

Des phrases qui provoquent une culpabilité. Coupables d’être ce qu’ils sont…

L’estime de soi peut être atteinte.

La thérapie de l’adulte à haut potentiel a pour objectif :

  • la « restauration » de cette estime de soi,
  • lui permettre de trouver sa voie professionnelle si cela n’est pas encore fait
  • favoriser l’épanouissement des talents
  • l’aider à percevoir sa différence comme une richesse et non un handicap (ou une pathologie)

Parfois, la difficulté à vivre dans une société qui ne véhicule pas les valeurs chères au surdoué est une source de souffrance.

Les termes utilisés douance, haut potentiel, précoce, surdoué ne font référence qu’au QI et ne peuvent recouvrir l’ensemble des particularités de fonctionnement. Le terme de « zèbre » proposé par J.Siaud Facchin fait référence à un trait de personnalité qui le caractérise : le côté « rebelle ».

Habituellement l’adulte dit « surdoué » pense que le terme n’est pas adapté.

Contactez-moi

Consultez également

Consultez également